Massage Bébé - Laurence Niclaes

L'acquisition de l'autonomie chez l'enfant porté

2010_10academie_de_portage_vectoris___logo


Consultante en portage depuis environ 18 ans, je suis d'abord toujours surprise de m'entendre poser la question: 'Combien de temps puis-je porter mon bébé pendant la journée?', 'Jusqu'à quel âge peut-on porter?' Y-a-t-il une durée maximale et moi de répondre 'C'est vous le parent, c'est vous qui sentez ce qui est juste pour lui; c'est en fonction de votre personalité et celle de votre bébé. C'est une histoire que vous allez construire ensemble. Elle peut être différente avec Papa, Maman, et peut-être Mamy, Marraine. Vous verrez que le portage évoluera de mois en mois et qu'un jour, le sevrage s'installera naturellement.' 

Tout d'abord, sachez que peu d'études scientifiques existent sur le sujet. Les seules dont nous disposons, ont démontré qu'un bébé porté plusieurs heures par jour ou en proximité plusieurs heures par jour pleure 50 % de moins par rapport à un groupe témoin. A trois mois sa maman décodera plus facilement son langage verbal afin de répondre à ses besoins. A un an, les bébés portés montrent des interactions plus sociales, ils vont explorer l'inconnu avec plus de sérénité.

Si on observe les cultures traditionnelles, les bébés sont en contact continu avec leur maman les premiers mois de vie: elle les masse, les porte à bras, dort avec lui, les allaite à la demande. Donc on ne parle pas de temps passé en portage mais plutôt de maternage proximal qui est, à cette étape de la vie, continu.  Effectivement, il semble que le bébé humain, doté de réflexes d'agrippement à la naissance qui témoignent son besoin de 's'accrocher', peut, grâce à ce contact non seulement développer sa sécurité affective et , également, vivre un continuum sensoriel avec la grossesse. Il  peut également se relaxer et s'endormir plus sécurisé et ses systèmes vitaux fonctionnent de façon plus optimales comme le démontrent de nombreuses études d'observations auprès de bébés nés prématurément lors des échanges en peau-à-peau. En outre le portage en continu des premiers mois garanti au bébé une proximité avec sa source alimentaire et une capacité à réguler sa température corporelle. Enfin l'enfant porté verticalement sous la base peut exercer ses propres compétences musculaires et, dès lors, reçoit, dès la naissance un message de compétence et d'autonomie.


A partir de trois mois, l'enfant évolue et découvre son corps, il commence à être plus mobile, développe son réflexe de préhension, ouvre ses bras, cherche à attraper des objets. Il peut alors aborder cette période tantôt en contact avec le corps de sa figure d'attachement, tantôt au sol. Il va vivre alors son enroulement à travers des mouvements d'auto-bercement de gauche à droite en attrapant ses pieds afin de se préparer au retournement et d'accéder ensuite au ramping. Ce passage est naturellement facilité par le transportage en assise profonde à bras et en porte-bébé car il renforce sa connexion à son centre de gravité (son bassin) où il va puisez sa force pour passer d'un couchage sur le dos à une position sur la ventre. Cette période est propice à lui faire epérimenter différents points d'appuis dans ses jeux au sol: l'installer sur les côtés, sur le ventre, sur le dos avec des jouets et sous la présence affective de ses parents tout en restant attentif à ses signes de fatigue. Lorsqu'il acquière la capacité à ramper, il peut quitter son parent et découvre une nouvelle forme d'autonomie. Régulièrement encore, il réclame les bras, le porte-bébé, les câlins dès qu'il se sent fatigué ou en besoin de sécurité affective car celle-ci met toute une année à se développer. C'est une période où l'enfant va vouloir davanatge bouger dans le porte-bébé. En général, on laisse sortir les bras du porte-bébé lorsqu'il est éveillé. On peut également lui proposer un jouet ou il jouera avec les cheveux, les vêtements, le collier de sa maman.
Et petit à petit, jusqu'à l'âge de la marche, son autonomie grandit avec la découverte du '4 pattes', la station assise, debout et enfin la marche et tous les jeux accessibles avec l'acquisition de ses nouvelles compétences.

Le mouvement c'est la vie et plus l'enfant est apte à se mettre en mouvement par lui-même, moins il réclame le portage. Certains enfants ne veulent quasi plus venir dans les bras à un an lorsqu'ils ont été portés intensément leur première année de vie. Néanmoins, la majorité passe par une période que j'appelle 'Yo-Yo'. Entre un an et trois an, l'enfant entre dans une phase d'exloration où il marque clairement son envie de s'éloigner de sa figure d'attachement à certains moments et , dans ce cas, se désintéresse du portage. Effectivement, il découvre à cet âge qu'il a une identité propre et l'exprime, notemment à travers le 'non'. Il découvre qu'il peut faire des choix. A d'autres moments, au contraire, il aura besoin de ce contact pour remplir à nouveau sa réserve affective, pour se consoler, pour se reposer. De plus son autonomie lorsqu'il marche est encore assez limitée et le porte-bébé est le bienvenu lors des déplacements à l'extérieur afin de lui permettre librement de 'monter' et 'descendre' du porte-bébé à son rythme. Pour la plupart des enfants cet aller-retour dure jusqu'aux 3-4 ans; cela dépend de ses besoins et du porteur naturellement car l'enfant devient plus lourd. Nous avons cependant la chance depuis quelques années à découvrir sur le marché de nombreux porte-bébés préformés destinés au portage des bambins afin que les parents porteurs puissent se sentir confortable. Quant au dos, selon la sensibilité du porteur, il se musclera au fur et à mesure que l'enfant grandit, ce qui rend le portage plus agréable que l'on pourrait parfois imaginer quand on ne l'a jamais pratiqué si longtemps. Ainsi un jour, le parent constate que son enfant ne lui demande plus d'être porté uo simplement le refuse car il a acquis suffisement d'autonomie pour assurer seul ses déplacements. A partir de cette période il remplira son résevoir affectif et son besoin d'être touché tendrement d'une autre façon: câlins, massages ... et ce, jusqu'à la fin de sa vie car notre sens du toucher est le premier à se déveloper in utéro et le dernier à s'éteindre en fin de vie.

En conclusion, le portage physiologique est une pratique parentale qui évolue au fil des jours, des semaines, des mois et des années. L'enfant sécurisé acquière plus facilement son autonomie et le sevrage du portage de déroulera d'une façon tout-à-fait naturelle...

Laurence Niclaes
Consultante en Portage
Fondatrice de l'Académie du Portage
Contact@portagebebe.be
0498 57 14 13